Grounding de l’éolien dans le Jura bernois

La population de Sonvilier a rejeté le parc éolien dit « des Quatre Bornes ». La fédération Paysage Libre BEJUNE et l’Association Sauvez l’Echelette se réjouissent de la sagesse avec laquelle Sonvilier a voté. Après l’échec du projet de Montoz-Pré Richard à Court, le verdict de Sonvilier exprime le refus populaire de tout nouveau parc éolien dans le Jura bernois. C’est un jour historique pour toute la région.

Au terme d’une campagne intense, la population de Sonvilier a montré qu’elle ne comptait pas succomber aux arguments émotionnels des défenseurs du projet, qui leur promettaient pas moins que l’autonomie énergétique, le sauvetage du climat, l’amélioration du paysage et de la biodiversité, etc. La population a bien compris que ce projet éolien découlait d’une conception de l’énergie qui appartient au passé et qu’il n’apporterait rien à la région.

En plus d’enterrer le projet des « Quatre Bornes », le verdict de Sonvilier douche les espoirs des promoteurs éoliens dans tout le Jura bernois. Paysage Libre BEJUNE et l’Association Sauvez l’Echelette demandent ainsi à BKW SA de renoncer aux projets de Tramelan et de Jeanbrenin, qui n’ont plus lieu d’être dans le contexte actuel de rejet de l’énergie éolienne.

Plus que jamais, les deux associations s’engagent pour une transition énergétique respectueuse des riverains, de l’environnement et des finances publiques. « On ne détruit pas la nature sous prétexte de la protéger », estime Michel Fior, président de Paysage Libre BEJUNE. Quant à Claude Schönenberg, président de l’Association Sauvez l’Echelette, il souligne que « le moment est venu de donner la priorité aux énergies propres et durables, comme l’hydraulique, le photovoltaïque et la biomasse ».

Paysage Libre BEJUNE et l’Association Sauvez l’Echelette lancent un appel à la population : engageons-nous de manière soudée pour cette transition énergétique durable et profitable à la région. Pensons à notre patrimoine touristique, à nos sources d’énergie propre et à nos PME. Le potentiel du photovoltaïque est énorme, et beaucoup d’énergie peut encore être économisée. Ensemble, nous montrerons que le Jura bernois a de la suite dans les idées.

Visualisation vidéo de la centrale éolienne des Quatre Bornes… si elle était construite…

Cette vidéo professionnelle montre à quoi ressemblerait la région de l’Echelette, entre le Chasseral et La Vue des Alpes, en cas de construction de la centrale éolienne des Quatre Bornes. A noter: la vidéo ne montre pas les kilomètres de nouvelles routes à construire ni les aires de grutage au pied des éoliennes.

Regarder et partager la vidéo complète sur Youtube:

(c) Paysage Libre Suisse

27 septembre 2020: NON au parc éolien des “Quatre Bornes”

Le 27 septembre 2020, la population de Sonvilier sera appelée à se prononcer sur le plan de quartier autorisant la construction du parc éolien dit des “Quatre Bornes”. Dix machines allant jusqu’à 207 mètres de hauteur, et pas un seul kilowattheure qui reste dans notre région! Dans notre flyer, vous découvrez les 8 raisons pour lesquelles il faut refuser ce projet destructeur. Dire NON aux éoliennes des “Quatre Bornes”, c’est dire oui à la promotion de notre région et à son avenir. L’éolien est une énergie du passé, regardons vers l’avenir!

8 raisons de dire NON au projet (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Télécharger le flyer complet en PDF: ici

Ne pas tomber dans le piège de Groupe E

Selon le promoteur Groupe E, le projet de centrale éolienne des « Quatre Bornes » n’a que des avantages : il va assurer l’autonomie énergétique de la commune, sauver le climat et la biodiversité, améliorer le paysage, nous sortir du nucléaire, remplir les caisses communales, et au passage encore pérenniser l’agriculture de montagne. Qu’on ne s’y trompe pas : derrière les beaux discours se cache une réalité différente : le parc éolien des Quatre Bornes n’apporte aucune réponse aux défis actuels de notre région.

Tout commence par un mythe : celui d’un parc éolien « d’agriculteurs visionnaires et engagés » habitant le coin, c’est du moins ainsi qu’ils sont présentés. La réalité : une centrale industrielle représentant un investissement de CHF 80 millions, pilotée par une entreprise électrique fribourgeoise, Groupe E. Un groupe qui va bénéficier de juteuses subventions (CHF 225 millions). Sonvilier n’a aucun intérêt à ce projet.

Groupe E nous promet l’autonomie électrique. Rien n’est plus faux : le courant produit aux Quatre Bornes sera injecté dans le réseau haute tension aux Hauts-Geneveys (NE), d’où il alimentera les clients de Groupe E, autrement dit le Canton de Neuchâtel et le Plateau. Pas un seul kilowattheure ne profitera à Sonvilier.

Groupe E nous promet une « manne » (citation) pour les collectivités communales, mais sans prendre le soin de calculer les répercussions négatives : perte d’attractivité pour la région et le Parc naturel Chasseral, impact négatif sur le tourisme, chute de la valeur des maisons. Autant de points sur lesquels la population aimerait être renseignée, en vain.

Une transition énergétique ne peut pas se faire au détriment des gens. 16 machines de 140 à 150 m sont déjà construites à Mont Crosin. L’entreprise électrique fribourgeoise veut maintenant pour ses clients en imposer 10 de plus ici, qui feront jusqu’à 207 m en bout de pale, et génèreront 106 décibels chacune. D’autres parcs éoliens sont prévus à grande proximité, comme à Jean Brenin et à la Vue-des-Alpes : dire NON aux « Quatre Bornes », c’est aussi dire NON à la tactique du salami qui va aboutir à recouvrir toute notre région de centrales éoliennes et détruire nos derniers espaces de liberté.

L’énergie éolienne n’est pas une solution mais une partie du problème environnemental : quittons ce schéma dépassé et investissons dans le futur de nos enfants : les énergies réellement propres et les économies avant tout.

Plus de 300 oppositions: les Quatre Bornes divisent

L’Association Sauvez l’Echelette a adressé aux autorités de Sonvilier et du Canton de Neuchâtel 310 oppositions au projet de centrale éolienne des « Quatre Bornes ». Les riveraines et riverains sont particulièrement nombreux à exprimer par là leur refus de voir une région entière défigurée par la construction de 10 turbines géantes par le promoteur Groupe E Greenwatt. Ils marquent ainsi leur engagement en faveur de la protection de la nature et de la biodiversité et d’une transition énergétique respectueuse des gens.

Parc éolien des Quatre Bornes (photo: Sauvez l’Echelette)

Dans le cadre de la mise à l’enquête publique du projet de parc éolien, c’est la conformité légale du projet qui est étudiée. L’étude détaillée du dossier du promoteur à la tête de ce projet aboutit à un constat sans appel : sur de nombreux points, le projet ne respecte pas les réglementations cantonales ou fédérales. Bruit, projection d’ombres mobiles ou encore protection de l’eau potable : les risques pour la santé des riverains sont élevés.

Il en va de même dans le domaine de la protection de la biodiversité et du paysage, autant de points où la légitimité du parc éolien est des plus douteuse. S’y ajoutent les aspects passés sous silence par les autorités comme la menace sur le Parc Chasseral. La principale raison d’être d’un Parc naturel régional étant le paysage, il ne fait guère de doute que l’excès d’éoliennes dans le secteur constitue une épée de Damoclès sur la reconnaissance du Parc Chasseral par la Confédération, et par conséquent sur les subventions et un rayonnement dont profite toute notre région.

« On ne détruit pas l’environnement sous prétexte de le préserver », estime Claude Schönenberg, président de l’Association Sauvez l’Echelette. Pour lui, la protection du climat ne passe pas par des installations destructrices de la biodiversité et la nature, mais par le recours aux sources durables que sont le photovoltaïque, la biomasse et l’hydraulique. « Nous avons un fantastique potentiel avec le solaire, dans notre région, alors exploitons-le avant de détruire le cadre de vie des riverains et l’attrait de notre région », déclare-t-il.

Les riverains s’expriment en masse contre la centrale éolienne des Quatre Bornes

Lancée en octobre, la pétition de l’Association Sauvez l’Echelette a été déposée auprès des communes concernées des Cantons de Berne et Neuchâtel (Sonvilier, St.-Imier et Val-de-Ruz). Avec plus de 1’300 signatures récoltées sans recourir à un site de pétitions en ligne, elle a rencontré un fier succès. Une conclusion se dégage clairement : les riverains du projet de centrale éolienne des Quatre Bornes refusent que cette installation industrielle vienne mettre en péril le patrimoine naturel et paysager du Chasseral.

Dix éoliennes géantes à quelques dizaines de mètres des habitations (photo: Sauvez l’Echelette)

La pétition demande une conception cohérente de valorisation et de préservation de la région des Bugnenets-Savagnières, au coeur du Parc naturel régional du Chasseral. Une centrale éolienne industrielle de 10 machines géantes y est prévue, alors que ce secteur est aujourd’hui affecté au tourisme doux et que la biodiversité et le paysage y sont préservés. Le non-respect des critères paysagers, nécessaires au renouvellement du label du Parc Chasseral, pourrait remettre en cause sa reconnaissance par les autorités fédérales et par là son financement.
Parmi les signataires de la pétition, 228 sont des riverains directs, habitant Les Bugnenets, Les Savagnières, Le Creux-Joly, La Perrotte, Les Pontins et la Montagne de l’Envers de Sonvilier. Le projet de centrale éolienne fait donc pour ainsi dire l’unanimité contre lui parmi celles et ceux qui auraient à subir des monstres bruyants de 200 mètres de haut à côté de leur maison.
Pour le Président de l’Association Sauvez l’Echelette, Claude Schönenberg, il est clair que « ce projet éolien divise profondément la région ». Alors que les communes ont la responsabilité d’assurer la cohésion au sein de la population, il observe au contraire « qu’un fossé dangereux se creuse ».
L’opposition clairement manifestée contre le projet pose de sérieuses questions en lien avec la votation du plan de quartier qui devra se tenir prochainement dans la commune de Sonvilier. Le résultat de la votation sera fortement influencé par les habitants de Sonvilier résidant dans le vallon, alors que les nuisances toucheront particulièrement les résidents du haut de la Commune. Pire encore, les riverains vivant sur la commune de Saint-Imier et de Val-de-Ruz n’auront pas voix au chapitre, alors qu’ils seraient les premiers touchés.
Claude Schönenberg appelle d’ores et déjà les citoyennes et les citoyens de Sonvilier à bien prendre en compte l’ampleur et les conséquences de ce projet pour la population et à ne pas céder sans mûre réflexion au chant des sirènes des promoteurs éoliens.

Une pétition pour réfléchir à l’avenir de la région de Chasseral et de ses habitants

L’Association Sauvez l’Echelette lance une pétition demandant une conception cohérente de valorisation et de préservation de la région des Bugnenets-Savagnières. Une centrale éolienne industrielle de 11 machines géantes y est prévue, alors que ce secteur est aujourd’hui affecté au tourisme doux et que la biodiversité et le paysage y sont préservés. Imprimez la pétition et signez la sans tarder! Un grand merci pour votre soutien.

Signez la pétition : ici.

Les Envers (photo: Sauvez l’Echelette)

Les Quatre Bornes en visualisation animée

Avec ses machines de 207 mètres de  haut, le parc éolien des Quatre Bornes (vu ici depuis la Joux-du-Plâne, Canton de Neuchâtel) constituerait non seulement une industrialisation massive d’un secteur jusqu’alors préservé, mais aussi une atteinte gravissime à la santé des riverains. Video adaptable en plein écran avec son incorporé.

Copyright: Association Sauvez l’Echelette

Cette visualisation animée donne une idée de ce que serait le parc éolien des Quatre Bornes une fois construit. Une idée très partielle cependant: le point de vue est à 3 kilomètres de distance, il manque le bruit et les deux autres parcs projetés à proximité: Montperreux et Crêt-Meuron.

Copyright: Association Sauvez l’Echelette

Notre flyer vient de sortir!

Notre flyer sort de l’imprimerie, il résume en quelques mots les raisons de notre action. Vous pouvez le télécharger ci-dessous ou nous contacter pour recevoir des examplaires gratuits. N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous désirez nous aider à le distribuer autour de chez vous.

 

Sauvez l’Echelette, engagez-vous à nos côtés!

C’est fait! un groupe de riverains menacés par la construction d’une gigantesque zone industrielle éolienne (ZIE) de 11 machines aux Quatre Bornes ont décidé le 24 août 2017 de protéger leur lieu de vie, cet endroit unique et préservé qu’est l’Echelette, crête sauvage située entre le vallon de St-Imier et le Val-de-Ruz. De nombreux sympathisants se sont joints au mouvement, défenseurs de la nature et du paysage. C’est un long combat qui débute pour sauver un paysage typique de l’arc jurassien, préserver la santé des habitants, et éviter le gaspillage des deniers publics pour la construction de machines qui n’apportent aucune réponse à la sortie du nucléaire, de surcroît dans une région peu ventée.